Tableau 14293  > Suivre
Partager :
Facebook
Publié le 26/05/11


Transfert définitif des arrivées des Téoz en gare de Paris Bercy

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Communiqué de Serge Godard, Sénateur-Maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Communauté : "J’ai été stupéfait, comme plusieurs de mes collègues élus et parlementaires du Puy-de-Dôme, par l’annonce de la SNCF indiquant que l’arrivée des Téoz Clermont-Paris se ferait dans l’avenir en gare de Bercy et non Gare de Lyon comme annoncé et confirmé au plus haut niveau de la direction de la SNCF. Sur la forme, je m'étonne du fait que ce soit la direction régionale de la SNCF qui m'informe de ce transfert alors que celle-ci indique dans le même temps qu'il s'agit d'une décision de Réseau Ferré de France.

Sur le fond, une décision aussi importante ne peut, à mon sens, être prise unilatéralement, sans concertation approfondie et réfléchie sur l’ensemble des effets réels avec les élus des territoires concernés. Et ce, d’autant que ces mêmes élus avaient obtenu l'assurance que ce transfert à Bercy n'était que provisoire, le temps de travaux Gare de Lyon. Cette décision, inquiétante en terme de devenir stratégique d’aménagement du territoire, ne peut que susciter de vives réactions.

Les usagers de la plaque urbaine clermontoise et auvergnats n’ont-ils aucun autre choix que d’accepter d'être relégués sur une gare de secondaire, plus éloignée, sans service de proximité, n'offrant que des connexions très dégradées avec le système de transports urbains parisiens ?

Faut-il rappeler une fois encore aux décideurs nationaux l’existence d’une Capitale Régionale en Auvergne où vivent, au coeur du douzième (au sens de l'INSEE) espace urbain de France plus d'un demi million d'habitants ? Faut-il rappeler les efforts constants, opiniâtres et conjugués, consentis ici pour développer l’attractivité de ce territoire, sa vitalité économique, universitaire, de recherche, culturelle, pour soutenir le dynamisme des bassins d’emplois structurants ?

Faut-il rappeler que ce territoire est le siège d'entreprises d'envergure mondiale (parmi elles, la seule multinationale du CAC 40 à disposer de son siège social en province) et aussi d’une multitude de petites et moyennes entreprises ? Les unes et les autres ayant un besoin impérieux d’une liaison qualitative, rapide et efficace avec le centre de la Capitale.

Peut-on faire fi de l’importance de tels critères ?

Malgré mes demandes réitérées, il nous faut subir la vétusté inacceptable des rames Téoz. J’ai demandé à Guillaume Pépy et à l'Etat d'apporter une réponse rapide avec du matériel roulant neuf et performant. Il faut subir les fréquents retards, souvent liés au mauvais état des infrastructures ferroviaires et du matériel mis en service. Il faudrait maintenant subir la dégradation des conditions d’inter modalités sur Paris en arrivant à Bercy, avec son cortège de désagréments pour les usagers : temps perdu, changements, inconfort, absence de services de proximité, coûts supplémentaires.

Faut-il rappeler que les collectivités territoriales ont contribué avec l’Etat, au financement de la modernisation de la ligne dans le cadre du contrat de projet Etat-Région pour réduire le temps de parcours de Clermont-Ferrand au centre de Paris - Gare de Lyon à 3 heures ? Faut-il rappeler que, classée parmi les « douze lignes sensibles » identifiées au niveau national, la liaison Clermont-Paris devrait bénéficier d’améliorations rapides et significatives?

Force est de constater que c’est l’inverse qui se produit, les conditions de liaison avec Paris ne faisant que se dégrader. Le constat est amer, d’autant que cette ligne est la seule parmi les douze lignes « malades » à être rentable sur le plan économique.

En matière de service public de transports de voyageurs, faudrait-il cautionner une dégradation supplémentaire du service pour les usagers, alors qu'ils participent en tant que contribuables et en tant qu’usagers, au financement des investissements pour la liaison ferroviaire avec Paris ?

Voilà les raisons pour lesquelles j’ai fait part de mon désaccord sur cette décision aux responsables de la SNCF et au Ministre des Transports."

Clermont-Ferrand (63)


Partager :
Facebook